Bienvenue sur le site officiel de LABARTHE-INARD

Bienvenue sur le site officiel de LABARTHE-INARD


  

                                                  Labarthe Inard  2014

         Le Conseil Municipal

                                 

élus 2014

Albenque Jacques        Maire

Guchereau Jean-Yves   Adjoint

Bamard Marie-Thérèse  Adjointe

Tonelli Marc                Adjoint

Bernadas Martine         Conseillère

Claverie Lionel             Conseiller

Ducos Louis                Conseiller

Feuillerat Franck          Conseiller

Grand Jean-François     Conseiller

Lougarre Céline            Conseillère

Lougarre René              Conseiller

Marrou-Blandin Véronique Conseillère

Quélin Bernard              Conseiller

Thore Myriam               Conseillère

Walliser Emmanuel         Conseiller



Une brève histoire du village

 

Le village de Labarthe-Inard est situé sur les hautes terrasses de la vallée de la Garonne au pied d’un coteau qui porte l’actuelle route D817. Celui-ci est enrichi d’une nappe phréatique abondante qui est à l’origine de nombreuses sources en contrebas. Celle de la côte de la Canaou a sûrement dû influencer l’implantation des premières populations locales.

 

D’une superficie de 1000 hectares, le village s’étend du lit de la Garonne au sud à la vallée du Soumès au nord. Beauchalot à l’est et Estancarbon à l’ouest encadrent la commune.

 

Le nom : Labarthe doit provenir du mot ancien bart ou barth ce qui signifie marécage et même boue en liaison avec les sources.

 

Le nom Inard a été ajouté au Moyen Age, Pointis et Labarthe Inardis appartenaient à Isnardus.

 

En 1304, Bernard de Mauléon est seigneur de Labarthe Inard, le pays est ensuite une possession de la baronnie puis de la châtellenie d’Aspet. Au XVIIIe siècle, la famille de Coret en avait la coseigneurie (L.Dutil).

 

Des galets taillés témoignent d’une occupation ancienne au niveau de la terrasse du « Cazares » qui pourrait dater du néolithique (autour de – 10 000 ans). 

 

Pendant l’occupation romaine, la capitale était Lugdunum Convenarum (Saint Bertrand de Comminges). L’actuel « chemin de la gare » repose sur le tracé d’une voie romaine qui se manifeste au niveau du quartier de Naritz le long de la voie ferrée. D’anciennes tuiles à rebord témoignent de la présence d’une villa gallo-romaine, d’autres villas supposées se trouvaient à la limite Est du village détruites lors de l’invasion des Barbares.

 

La voie romaine est devenue ensuite un « chemin de Saint Jacques de Compostelle ».

 

Une ancienne chapelle appelée Notre Dame de Pitié se trouvait dans le quartier de la Pouche ainsi qu’une léproserie peut être simplement une étape sur le chemin de Saint Jacques.

 



               La chapelle Saint Genest et l'ancien presbytère

L’ancienne chapelle dédiée à Saint Genest fut reconstruite en 1838 et restaurée ensuite par des descendants d’inardais émigrés en Louisiane (fin XIXe), par des prisonniers de guerre libérés en 1945 et aujourd’hui par la commune.

 

La Chapelle a dû rassembler une paroisse au XIIIe siècle.

 

 

Le clocher mur, classé parmi les monuments historiques

 

Le clocher mur a été construit en 1761, il est classé aux monuments historiques comme le retable d’autel bois doré du XVIIIe siècle, les deux panneaux également en bois dorés représentant les martyres de Saint Cyr et de Sainte Julitte, anciens patrons de l’église, et les portillons de la table de communion (XVIIe siècle).

 

 


 

La chapelle St Genest et l'ancien presbytère

 

 

 

 Le clocher

 

L’église dédiée à Saint Cirice (St Cyr) rassemblait une autre paroisse au XIIIe siècle. De style roman, il n’en reste que deux fenêtres et un oculus tous obturés au XVIIIe, et le chrisme en marbre au dessus de la porte, l’église était basse et plus petite.

 

La porte actuelle de style gothique date du XVIe. L’aspect actuel découle de la fin du XVIIIe siècle, en particulier le clocher et ses cinq cloches, les fenêtres romanes ont été fermées et cinq ouvertures ouvertes en demi-lunes.

 

A la Révolution, deux cloches sont prélevées et les deux ouvertures inférieures maçonnées.

 

La voute intérieure a été rénovée au milieu du XIXe, enfin la nef actuelle tient à la restructuration réalisée par l’abbé Dumail dans les années 1970 : mise en valeur de l’autel tombeau et de la chaire entre autres.

 

                                                                                                                       JYGuchereau, documentation de l’abbé Dumail

 

                                                                       


© Mairie de Labarthe-Inard 2018 - Powered by Isotools